Les Chameaux

Le brun             le rouge             le blanc         etc….

J’ai appris de Boubaker que les Touaregs donnent un nom à chaque chameau basé sur la couleur de sa robe ; ce nom est eventuellement complété par le nom de la famille –ou du signe correspondant- propriétaire pour éviter les confusions.

Nous en avions 9 ou 10 avec nous (pour 10 randonneurs + l’equipe) ; huit portaient une charge (jusqu’à 200 kgs ; seulement 100 pour un âne utilisé pour aller sur les plateaux du Tassili), un était le chameau-ambulance : pour porter l’un de nous en cas de coup de pompe ou blessure, le dernier un jeune aux yeux étonnants ne portait rien : il était là pour apprendre. Très mauvais caractère d’ailleurs il gueulait, oups blatérait, lorsqu’on voulait le ramener pour commencer la caravane après un arrêt repas ou bivouac ; pas forcément une bonne recrue lorsqu’il sera adulte !

Moi j’ai aimé marcher auprès d’eux lorsque nos chemins se croisaient, les voir le midi et le soir manger tranquilles autour de nous, les pieds avant entravés par une corde pour éviter qu'ils ne s'éloignent trop. 

J’avais dit préférer cette rando plutôt que celle avec les ânes, un peu sans trop savoir pourquoi, et bien je n’ai pas regretté ; Théodore Monod en parle (en écrit plutôt) bien : « Quand aux chameaux, pleins de dignité aristocratique, solennels et dédaigneux, très vieille France, ils remachonnent à petit bruit leur déjeuner d'avant-hier et m'ignorent... »

Sympas à regarder, imperturbables à notre présence, ne cessant effectivement même pas de ruminer quand on s’approche ; avec eux comme gardiens pacifiques, le désert semble ne pas être prêt de changer … 

 Parlons gros ou petits sous : on les loue 8€ par jour et par chameau plus 10€ le chamelier ;  c’est moins cher qu’un 4*4 , ça consomme beaucoup moins et ça fait moins de bruit .

Aucun commentaire: